Pour un printemps climatique et social

image ImageLettre.png (0.3MB)

Lettre du Collectif « Changer de cap » n°3 - 2 mai 2019

Numéro spécial Finances publiques


Macron : Je vous ai écouté, mais Le Titanic continue sa route !

Le pillage des finances publiques par les très grandes entreprises, la rigueur pour tou.te.s

Édito par Didier Minot, Fondation Monde Solidaire, membre du collectif Changer de Cap


Depuis 5 mois, une mobilisation sociale et écologique massive réclame une justice sociale et fiscale, une transition écologique réelle, une démocratie renouvelée et un changement de système, disant à juste titre que la politique actuelle est inacceptable et conduit à la catastrophe.
Lors de sa conférence de presse à l’Élysée jeudi 25 avril, Emmanuel Macron a dit avoir écouté les français, mais il s’est contenté d’annoncer redonner 5 milliards de pouvoir d’achat aux classes moyennes par une baisse des impôts (50 % des français n’en paient pas) et une ré-indexation des retraites pour les retraités gagnants moins de 2000 €. C’est extraordinaire de voir cette décision présentée comme une mesure nouvelle alors qu’il s’agit simplement de voler 1,4 milliards de moins de pouvoir d’achat à une partie des retraités.
Il pense que ces annonces vont lui permettre de poursuivre tranquillement sa « transformation » du pays. Mais de quelle transformation s’agit-il ? Le gouvernement a multiplié depuis deux ans de très importants transferts financiers d’argent public, c’est-à-dire le nôtre, au profit des entreprises, notamment les très grandes entreprises, et accessoirement les ménages des plus riches.
L’argument selon lequel ces sommes sont nécessaires pour restaurer la compétitivité des entreprises ne tient pas, car la plus grande partie, comme partout dans le monde sauf en Chine, sert à augmenter les dividendes des actionnaires, alors qu’une faible part est consacrée à l’investissement et encore moins aux salaires. Les actionnaires, qui sont majoritairement des fonds spéculatifs à dimension internationale, exigent des taux de profit exorbitants et se moquent de l’avenir des entreprises, de l’emploi et de l’avenir de la planète. Emmanuel Macron se comporte comme le chargé d’affaires de ces forces, incarnées par les banques et quelques milliardaires qui l’ont porté au pouvoir.
La réaffectation de ces énormes transferts illégitimes permettrait de financer la transition écologique et de restaurer la justice sociale. Nous vous proposons donc aujourd’hui de mettre à plat l’ensemble des aides et de proposer un nouveau contrat social conciliant véritablement efficacité, responsabilité écologique, développement des services publics en matière d’éducation, de santé et de transports collectifs.

93 milliards de profits pour le CAC 40

Les entreprises du CAC 40 ont réalisé 93 milliards de profits en 2017, en hausse de 24% par rapport à 2016 (voir Le Monde). Les très grandes entreprises retrouvent ainsi les volumes de profits enregistrés en 2006-2007, juste avant la crise financière, avec la même euphorie.

51 milliards reversés aux actionnaires

Selon Oxfam, depuis 2009, les deux tiers de ces bénéfices ont été reversés aux actionnaires sous forme de dividendes, moins d’un tiers a été réinvesti tandis que les salariés n’ont touché que 5,3 % de participation et d’intéressement. La France serait championne du monde de la rémunération des actionnaires Voir le rapport
Au second semestre 2017, le montant des dividendes versés aux actionnaires s’est élevé à 51 milliards, en hausse de 23,6 % par rapport à l’année précédente, alors qu’au niveau mondial les dividendes ont progressé de 13 % (Voir La Tribune). Ces augmentations réalisées au détriment des investissements fragilisent à terme l’avenir des entreprises françaises, mais en les fonds spéculatifs n’en ont cure.

76 milliards d’aides publiques et de dégrèvements aux entreprises et aux plus riches

Le gouvernement a multiplié depuis 2017 les transferts financiers au profit des entreprises, notamment du CAC 40, et des familles les plus riches. Au total, celles-ci s’élèvent à 76,4 milliards d’euros en 2019. Cette énorme somme est égale au déficit public (76,1 milliards) résulte de l’accumulation de plusieurs mesures :
  • Les entreprises ont bénéficié de 27,8 milliards de dégrèvements de cotisations sociales en 2016, remboursées à 87 % par l’Etat (ce qui grève donc les comptes de la Sécurité Sociale de 3,6 Mds €). Les réductions de cotisations sur les bas salaires, réduction du temps de travail, exonérations relatives aux heures supplémentaires et au rachat de jours de RTT) représentent 78 % de ce montant (Voir le Monde)
  • S’y ajoutent de nouvelles exonérations de charges patronales remplaçant le CICE, pour un un montant de 21 milliards d’euros. Mais en 2019 celui-ci, qui est payé de façon différée 1 an après, coûte également 21 milliards d’euros. Le coût total de cette mesure est de 42 milliards d’euros en 2019, soit presque 2 % du PIB ! (Voir La Tribune). Le comité de suivi du CICE (instance officielle) a dénoncé « une mesure sans effets sur l’investissement », qui n’a créé que 100 000 emplois en 4 ans (voir ici le rapport officiel du Comité). A titre de comparaison la suppression des contrats aidés a coûté 145 000 emplois.
- La baisse programmée du taux d'imposition des bénéfices pour les entreprises de 33% à 25% en 2022 se traduit par 1,5 Mds€ de transfert aux entreprises en 2019 par rapport à 2017 (Voir les Echos).
- Le Prélèvement forfaitaire unique, ou « flat tax », instaure un taux de prélèvement maximum de 30% sur les revenus de capitaux mobiliers (actions, obligations, reventes d’entreprises). Coût : 1,9 milliards en 2019 (Voir Les Echos), dont près de la moitié des gains (44 %) va profiter à 1 % des ménages (voir ici).
- Pour les plus riches, la suppression de l’ISF et son remplacement par l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) avantage les plus riches des riches, dont 90 % de la richesse est constituée d’actifs financiers (voir ici l’article de Thomas Piketty). Le coût est estimé à 3,2 milliards (Voir Les Echos)
Au total, les exemptions d’impôts et diminutions de charges pour les entreprises et les plus riches atteignent 76,4 milliards d’euros, soit 80 % des profits du CAC 40, l’équivalent de dividendes versés aux actionnaires et près de 2 fois le montant des investissements. Ce montant est égal celui du déficit budgétaire de la France (76,1 milliards, voir Le Figaro).

L’absence de lutte contre l’évasion fiscale coûte 60 à 80 milliards

L’évasion fiscale coûte encore beaucoup plus cher. L’OCDE estime que les pratiques d’évasion fiscale font perdre aux États de 100 à 240 milliards de dollars de recettes chaque année. Les « Paradise papers » évalue ce montant à 350 milliards d’euros pour le monde entier. Le syndicat Solidaires finances publiques estime que l’évasion fiscale coûte chaque année 60 à 80 milliards d’euros à la France. Dans un entretien à Forbes, Emmanuel Macron, estimait « qu’il ne faut pas braquer les investisseurs en menant une traque trop grande contre l’optimisation fiscale. L’État se retrouverait engagé dans des procédures qui dureraient 10 ans, il aurait face à lui des avocats chevronnés ».

La fraude sociale employeurs coûte entre 20 et 25 milliards d’euros par an

La fraude aux cotisations sociales non déclarées représentent 20 à 25 milliards selon le syndicat Solidaires finances (Voir ici sa contribution à la mission de l’Assemblée nationale) alors que les fraudes des salariés aux arrêts maladie représentent le centième (262 millions) (voir le site Aide sociale). Le développement de ces fraudes est lié en particulier à la multiplication des travailleurs détachés, au développement du travail sur Internet et à l’insuffisance des moyens de contrôle. Seulement 10 % des sommes font l’objet d’un redressement (voir le rapport de la Cour des Comptes).

Au total, 156 milliards et 7 % du PIB

Au total, les aides aux entreprises, qui vont principalement plus grandes, les dégrèvements, le laissez-faire en matière d’évasion fiscale et de fraude sociale s’élèvent à un total de 156 milliards d’euros. La suppression de l’ISF est la mesure la plus visible, mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ces 156 milliards représentent plus de 2 fois le déficit budgétaire et 7% du PIB. Ceci ne comprend pas les aides indirectes que représente la garantie en dernière instance qu’apporte le contribuable aux opérations risquées faites par les plus grandes entreprises, qui r’eprésentent plusieurs dizaines de milliards d’euros supplémentaires.

Et pour presque tou.te.s, la rigueur…

Prétextant qu’il n’y a plus d’argent, le gouvernement a multiplié en 2017 les coupes claires dans les dépenses sociales, qui pourtant sont assez bien ciblées et permettent de diviser par 1,6 le seuil de pauvreté en France (voir Le Monde) Mais presque tous sont touchés. Nous citerons ici quelques réductions significatives pour 2017. Chacun pourra compléter avec sa propre expérience.
  • La réduction de 11 % des crédits politique de la ville en août 2017 a fait économiser au budget de l’État 46,5 millions d’euros, qui contribuaient au financement de 435 contrats de ville, couvrant 1.514 quartiers parmi les plus pauvres de France où habitent 5,5 millions de personnes (voir ici Le Monde)
  • Le déficit de l’Assistance Publique des hôpitaux de Paris en 2017, qui justifie l’aggravation catastrophique des services d’urgence et entraîne de nouvelles mesures d’économies décidées par Martin Hirsch, (qui annonce « un gel de 0,5 % de la masse salariale à titre conservatoire ») a été de 200 millions d’euros en 2017 (voir ici Le Point).
  • En 2 ans, les associations ont été amputées de 1 milliaird de subventions équivalentes par la suppression des emplois aidés, s’ajoutant à la diminution de 16 milliards d’euros des subventions publiques des associations depuis 2005, la mise au chômage de 140 000 personnes et d’immenses dégâts sociaux.
  • La réduction des APL fait récupérer au budget de l’État 1,5 milliard d’euros en 2018, sur le dos de 6,5 millions de bénéficiaires les plus pauvres. La réduction du loyer de solidarité prive les bailleurs sociaux de 1,7 milliard de recettes, amputant leur capacité d’investissement dans des logements neufs.
  • Pour 8,4 millions de retraités, la hausse de la CSG se traduit par une perte de revenu de 324 euros par an, soit un prélèvement global de 2,72 milliards (voir le rapport du Sénat).
  • La suppression de la taxe d’habitation progressive sur 3 ans, présentée comme un gain, ne l’est que partiellement pour les foyers qui bénéficiaient d’un abattement ou d’une exonération (Médiapart). Par exemple, elle compense l’augmentation de la CSG pour un retraité sur 10, partiellement pour 56 %, nulle pour 36 % des retraités (rapport du Sénat).
De cette comparaison on peut conclure que l’argent public ne manque pas. La rigueur n’est pas une nécessité mais un choix délibéré, politique et idéologique, d’aller vers une société régie par des entreprises, dérégulée, inégalitaire.




Nouvelles des mobilisations


Appel national samedi 4 mai - Grand banquet et journées portes ouvertes
sur les ronds-points, les places, dans les rues, pour les deux ans de l’élection de Macron. Que vous soyez gilets jaunes ou militant·e·s associatifs, élu·e local·e ou simple citoyen·ne, c’est l’occasion de célébrer la fraternité de tous ceux qui veulent construire une société de justice et de droits. Plus d'informations ici.
A Orléans (45), 2500 citoyen·ne·s se sont réunis le 16 mars dernier pour la marche pour le climat, réunissant militant·e·s écologistes, Gilets jaunes... C’est le collectif #IlestencoretempsOrléans qui les coordonnent ses actions. Prochaine marche prévue le 26 mai. Dans le Loiret, l’agenda militant est à retrouver ici.
A Saumur (49), les Gilets jaunes convergent leur lutte avec d’autres mouvements (syndicats) et apprennent à travailler ensemble. Ils ont manifesté ensemble contre la fermeture des guichets SNCF, contre la privatisation de l’hôpital. Leur défi : comment aborder les sujets politiques sans diviser ? Sur leur site, vous retrouverez les dates et lieu de leur réunion hebdomadaire.
A Grigny (91), à l’issue de la projection débat du film « j’veux du soleil », des membres du collectif des associations citoyennes ont exprimés leur souhait de créer un comité local regroupant Gilets jaune et associations citoyennes dans l’Essonne. Pour les rejoindre, vous pouvez contacter François Bernard (alicecoop@free.fr) ou le CAC (www.associations-citoyennes.net).
Au Canet des Maures (83), ils sont bâtisseur·se·s de la pyramide du Paslouvre, ou la tour Eiffel en palettes plutôt que casseur·se·s : un reportage du Sanglier Jaune à voir sur Youtube.
image 3_forcalquier.png (0.5MB)
A Forcalquier (04), les relations entre les gendarmes et les gilets jaunes semblent cordiales et pacifiques : l’ambiance des petites villes est très différente de celle des métropoles, où se concentrent les provocations et la répression. Il semble que Monsieur Castaner, assimilant les gilets jaunes à des casseurs ayant « la volonté de tuer », soit bien peu présents dans la ville dont il était le maire...


Comprendre et agir


Chômeurs.ses longue durée, une fatalité, une tare ? Le groupe Chômeuse Go On fait la part belle à la chanson française : seule ou accompagnée - selon la conjoncture - elle interprète en fonction de son humeur des reprises pétulantes avec la conviction d'une chômeuse de longue durée. A écouter et suivre sur facebook !
« Pourquoi arrêter les casseurs alors qu'ils décrédibilisent le mouvement ? » : Gilles Casanova , consultant en stratégie, analyse celle pratiquée par les forces de l’ordre (qui revient à piéger les manifestants, laisser filer les casseurs) lors des manifestations des Gilets Jaunes. À visionner ici.
Savez-vous que les entreprises les plus polluantes sont exonérées de taxe carbone ? Sur Twitter, le journaliste Maxime Combes poursuit son travail de fact-checking sur la justice fiscale et sociale et l’écologie. Un fil à suivre !
Fiction ou réalité ? La 5G, un enjeu géopolitique majeur qui pose de sérieuses questions de santé publique, d’environnement et de protection des données. Bienvenue dans le monde merveilleux de la 5G
Le "Pacte pour lune transition citoyenne " a défini 30 mesures concrètes et applicables au niveau d’une commune en faveur d’une transition écologique, sociale et démocratique. L’objectif est d’obtenir de candidat.e.s et des élu.e.s des engagements concrets sur ces mesures. Voir ici la plaquette.



Ce que nous voulons : Changer de Cap !

Nous voulons contribuer au réveil citoyen sans précédent qui se poursuit depuis le 15 novembre et gagne aujourd’hui toute la société. Nous aussi, nous avons voulu nous lever.
Pour un printemps climatique et social, pour placer la question des inégalités au cœur du débat publique.
Pour la mobilisation et la convergence des acteurs et des mouvements citoyens.
Tous les 10 jours, nous déposerons dans votre boite mail un concentré d'inspiration, de propositions et de liens à activer si vous le souhaitez.
La convergence est notre devise !

Alors parlez-en autour de vous...

Nous recommander Nous rejoindre